spot_img
34 C
Douala
mardi, avril 16, 2024
No menu items!
spot_imgspot_img

Cdhc : Dame Tsemo licenciée pour fautes lourdes

La responsable ne fait plus partie des effectifs de cette institution garante des Droits de l’homme au Cameroun.
Lors de sa session du 27 février 2024, à l’unanimité sur chacun des cinq chefs d’accusation, le conseil de discipline de la Commission des Droits de l’homme du Cameroun (Cdhc) a recommandé au président de cette institution nationale des Droits de l’homme (Indh) de licencier madame Tsemo Kouobou. Une recommandation validée et mise en oeuvre le lendemain,  28 février 2024.

Auparavant, le conseil avait décidé – toujours à l’unanimité – par avant-dire-droit de statuer, nonobstant l’assignation en référé d’heure à heure, servie à la Cdhc  à la veille par la mise en cause pour tenter d’obtenir la discontinuité des poursuites disciplinaires engagées contre elle, sur le fondement de l’autonomie de l’action disciplinaire par rapport à l’action pénale. Le conseil a en effet retenu qu’en l’occurrence, le criminel ne tient pas le disciplinaire en l’état.

Madame Tsemo devait reprendre le service depuis lundi 26 février 2024, était absente pour la troisième fois conseil de discipline. La mise en cause était pourtant présente au tribunal, le même jour, pour la procédure en référé d’heure à heure introduite contre la Cdhc, pour tenter d’obtenir du juge l’arrêt des poursuites disciplinaires engagées contre elle depuis le 18 décembre 2023, soit trois semaines avant sa première citation directe du 12 janvier 2024.
Les manquements professionnels répétés sont nombreux. Il est reproché à Dale Tsemo : « Son insubordination caractérisée vis-à-vis du secrétaire permanent à qui elle a balancé sa réponse à la demande d’explications 10 jours après l’avoir reçue, alors que le chef du secrétariat permanent de la Cdhc lui avait donné, 48 heures pour répondre, Ses horaires fantaisistes d’arrivée au travail qui scandalisent même ses soutiens les plus engagés, la non transmission du Rapport thématique du président de la Cdhc attendu par l’Ong Save the Children qu’elle avait instruction de traduire depuis le 7 juillet 2023, la relecture et la traduction désinvoltes, assortis de manque de professionnalisme frisant le sabotage du travail concernant une déclaration de la Cdhc et la traduction, le refus de répondre aux observations du chef de division de la promotion et de la protection par message du 18 décembre 2023 sur ses lenteurs dans la révision de la traduction externalisée d’un rapport de la Cdhc».
Son dossier disciplinaire fait état d’une lettre d’observations et de rappel  à l’ordre du 17 juin 2020 à elle adressée par l’ancien Secrétaire général de la Commission nationale des Droits de l’homme et des libertés, devenue Commission des Droits de l’homme du Cameroun, d’une lettre d’observations du 27 décembre 2022 adressée par le Président de la Cdhc et de quatre demandes d’explications écrites adressées par le Président de la Cdhc ou pour son compte dont celles des 24 septembre 2021 et des 24 novembre 2023 auxquelles la mise en cause n’a donné aucune réponse.

Don Martialo, Observateur de la Scène publique et juridique

Vous Aimerez Peut-être Aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restons Connectés

0FansJ'aime
1,278SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Les Plus Lus