spot_img
26 C
Douala
dimanche, juin 16, 2024
No menu items!
spot_imgspot_img

Jacques Marcel Itiga : « Nous avons besoin de notre partenaire la Fecafoot pour une action concertée »

Le responsable de la communication du Synafoc, revient sur la campagne de sensibilisation contre les matchs truqués, les violences dans les stades et les dirigeants de clubs véreux lancée par ce syndicat.

Qu’est-ce qui a motivé cette campagne de sensibilisation lancée par le Synafoc dans les stades à la faveur des play-offs ?

Le Syndicat national des footballeurs camerounais a pris pour prétexte, l’organisation des play-offs à Douala. Compte tenu de la recrudescence des violences dans les stades due à une crise de confiance entre les acteurs que sont les joueurs et les joueuses vis-à-vis des officiels, les joueurs soupçonnant les officiels de ne pas être objectifs, et de biaiser les matchs, ce ne sont que des soupçons. Vu que certains de nos membres de Lausanne ont été lourdement sanctionnés, et le club avec, le Synafoc a donc décidé de mener trois actions dans une. A savoir : dire non aux matchs truqués, non aux violences dans les stades et mettre un carton rouge aux dirigeants qui ne respecteraient pas leurs engagements vis-à-vis des joueurs et des joueuses.

La campagne en question a-t-elle bénéficié de l’accompagnement de la fédération, votre partenaire ?

On a écrit à la Fecafoot. On aurait voulu habiller les quatre équipes pour la cérémonie protocolaire avec des t-shirts avec des mentions : non aux matchs truqués, non aux violences dans les stades et afficher des banderoles lors de la cérémonie protocolaire. Malheureusement, on n’a pas eu de retour de la fédération. C’est pour cela que notre déploiement se limite à ce que vous avez vu. A savoir une cinquantaine de joueurs et joueuses Mtn Elite One, Mtn Elite Two, Guinness super league qui sont venus. Il faut le souligner, on a payé des tickets d’entrée au stade pour qu’ils soient là, pour brandir ces cartons. Il y en a trois. Le carton rouge aux dirigeants insolvables vis-à-vis des joueurs et des joueuses, le carton noir qui lui est mis contre les violences, et le carton bleu nuit qui est mis contre les match truqués. On a donc voulu immortaliser cela avec quelques photos.

Cette campagne n’aurait-elle pas pu être lancée bien avant les play-offs, vu que les soupçons de partialité des officiels et les violences dans les stades ont été enregistrés en cours de championnat ?

Il faut dire qu’il y a trois ans, on a mené la même campagne : « Non aux matchs truqués et non aux violence dans les stades ». Mais, la pandémie du Covid-19 nous a un peu limité dans notre déploiement. Compte tenu de la recrudescence, on a donc décidé de profiter des play-off pour engager cette campagne de sensibilisation. On a rendu visite aux six clubs qui étaient engagés. Quatre clubs aux play-offs et les deux autres qui batallaient pour le maintien. Nous sommes allés pour des causeries avec l’ensemble de ces équipes. On a discuté. Les échanges ont été fructueux. On ne va pas s’arrêter là. Peut-être que les championnats sont finis. Mais, la Guinness super league continue. La Coupe du Cameroun étant en cours également, on va continuer. On espère que la fédération va accepter qu’on ait une action concertée. Au-delà des joueurs et des joueuses, on doit aller les arbitres faire la même sensibilisation, vers les dirigeants de clubs et on a donc besoin de notre partenaire qu’est la fédération pour une action concertée.

Propos recueillis par R.I

 

Vous Aimerez Peut-être Aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restons Connectés

0FansJ'aime
1,278SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Les Plus Lus