spot_img
27 C
Douala
mardi, mai 28, 2024
No menu items!
spot_imgspot_img

Trophée MVP africain de la Liga :Iñaki Williams, sacré

L’histoire de Williams est unique. Né à Bilbao le 15 juin 1994 d’un père ghanéen et d’une mère libérienne, il a grandi à Pamplona et a commencé à jouer pour des équipes locales. Puisqu’il vivait loin du centre d’entraînement, ses coéquipiers se relayaient pour l’amener à l’entraînement et Williams est toujours resté reconnaissant du soutien qu’il a reçu de la part de ses coéquipiers, entraîneurs et dirigeants. Son talent ne passa pas inaperçu et l’Athletic Club le recruta rapidement pour incorporer l’académie de Lezama.

Evoluant pour la réserve du club basque, Bilbao Athletic, Williams était vraiment au-dessus et il impressionna d’ailleurs l’entraîneur de l’équipe première Ernesto Valverde, qui le fit débuter contre Córdoba CF en décembre 2014, à l’âge de 20 ans. Quelques mois plus tard, en février 2015, il marqua son premier but avec les pros contre Torino en Europa League.

Williams est rapidement devenu le talisman offensif de l’Athletic Club, formant un superbe duo avec Aritz Aduriz. En marquant des buts importants et en faisant peser un danger constant sur les défenses adverses, Williams est devenu un membre clé des succès de l’Athletic Club.

Tout cela l’a mené à signer une prolongation de contrat de neuf ans en 2019, une durée assez rare dans le monde professionnel. A cette époque, aucun autre joueur de LaLiga Santander n’avait un contrat qui durait aussi longtemps mais Williams et l’Athletic Club sont un duo unique fait pour durer.

« J’ai toujours dit que c’est là où je veux être, » a-t-il expliqué en signant ce contrat. « C’est un motif de fierté pour moi d’être lié à ce grand club pour tant d’années, un club qui m’a tout donné. L’Athletic Club a toujours cru en moi et c’est chez moi. »

Depuis le début de cette saison, Williams est encore plus important pour son équipe. Il a marqué cinq buts en 18 rencontres de LaLiga Santander, sans oublier une passe décisive, ce qui le rend actif sur 24% des buts de son équipe. Il a également délivré deux passes décisives en Copa del Rey, où son équipe va disputer les demi-finales pour la quatrième année consécutive.

Cette saison, il a également vécu un rêve d’enfant en jouant la Coupe du monde au Qatar avec le Ghana. « Je crois que le moment est venu pour moi de retrouver mes origines, avec l’Afrique et le Ghana qui sont si importants pour moi », a-t-il expliqué après sa première sélection.

Il a continué à impressionner semaine après semaine mais quelque chose de très rare s’est produit le week-end dernier en LaLiga Santander : l’Athletic Club a joué sans Williams. Un problème physique a entraîné le forfait de l’international ghanéen pour le match contre le RC Celta. L’Athletic Club a donc commencé et terminé un match de LaLiga Santander sans Williams pour la première fois depuis quasiment sept ans.

Son record impressionnant de matches consécutifs en LaLiga Santander est donc bloqué à 251. Il a écrit l’histoire en octobre 2021, en disputant alors son 203e match consécutif, contre le Deportivo Alavés. Il dépassa ce jour-là la légende de la Real Sociedad Juan Antonio Larrañaga, qui détenait le record de matches consécutifs disputés en LaLiga Santander (202 en 1993).

La belle série de Williams débuta contre l’Atlético de Madrid. Il revint alors de blessure pour jouer contre Los Colchoneros le 20 avril 2016. Après avoir joué les cinq derniers matches de cette saison-là, il disputa les 38 de l’Athletic Club en 2016/17, 2017/18, 2018/19, 2019/20, 2020/21 et 2021/22, ainsi que les 18 premiers de cet exercice. Ainsi le dernier match vécu par l’Athletic Club sans Williams remontait au printemps 2016 contre Málaga CF.

Il faut une très bonne santé et une discipline stricte pour obtenir un tel record, mais il faut également avoir la confiance de ses entraîneurs. Pendant cette période de 251 matches, Williams a connu cinq entraîneurs qui l’ont toujours aligné : Ernesto Valverde, Marcelino, Gaizka Garitano, Eduardo Berizzo et Cuco Ziganda.

Quand la série de Williams a débuté, le Real Madrid n’avait gagné que 10 Champions League, la sélection d’Espagne était championne d’Europe en titre, Erling Haaland jouait pour la réserve de Bryne FK, Stranger Things n’était pas encore produit et le président des Etats-Unis était Barack Obama… et le monde a beaucoup évolué alors qu’Iñaki Williams vivait ses 251 matches consécutifs en LaLiga Santander avec l’Athletic Club. Jusqu’à dimanche dernier.

Vous Aimerez Peut-être Aussi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Restons Connectés

0FansJ'aime
1,278SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Les Plus Lus